En route vers une méthanisation vertueuse

Publié le 24 septembre 2021

Des chercheurs du Projet de ZARG, dans le cadre du programme “MERGE”, vont réaliser une étude pluridisciplinaire pour éclairer le citoyen sur les questions liées à la méthanisation.

Ils vont à la fois:

  • Consulter, au travers d'enquêtes, les populations des territoires concernés afin de savoir comment elles cohabitent avec les méthaniseurs, et quelle est leur perception de ces derniers.
  • Étudier quels sont les éventuels impacts écologiques et/ou chimiques des digestats issus des méthaniseurs, ainsi que des nouvelles pratiques de cultures associées sur la faune.
  • Rédiger un guide de bonnes pratiques de la méthanisation, afin de rendre ce procédé le plus durable et le plus vertueux possible.

La méthanisation, c’est quoi?

Ce procédé se développe en France car il permet de réduire les Gaz à Effets de Serre (GES).

Grâce à des bactéries privées d’oxygène (anaérobies), la méthanisation consiste en une dégradation naturelle des effluents d’élevage, de matières végétales, de sous-produits agro-alimentaires, de boues d'épuration urbaines, et/ou de certains effluents industriels.

Cette dégradation produit un biogaz, essentiellement composé de méthane et de dioxyde de carbone. Soit il est brûlé pour produire de l’électricité ou de la chaleur, soit il est réinjecté dans les réseaux de gaz.

La méthanisation produit également un substrat pâteux, riche en carbone, azote et autres éléments minéraux, appelé « digestat », et destiné à être épandu sur les sols agricoles tel un engrais.

La méthanisation: effets positifs et/ou négatifs?

  • Quels sont les avantages de la méthanisation, et notamment de l’épandage de digestat en termes de fertilité des sols?
  • Ce dernier peut-il engendrer des nuisances vis-à-vis de la santé humaine et/ou de l’environnement (pollution de l’eau, sol, air)?
  • Les nouvelles pratiques de cultures associées ont-elles des impacts sur la faune, et si oui, lesquels?...

Autant de questions importantes auxquelles vont tenter de répondre des chercheurs du Projet de ZARG dans le cadre du Programme MERGE.

Les populations des territoires concernés vont ainsi être consultées afin de savoir comment elles cohabitent avec les méthaniseurs, et quelle est leur perception de ces derniers.

Les chercheurs vont également mesurer les impacts chimiques ou biologiques des digestats épandus sur les terres agricoles ou encore étudier les impacts sur la faune sauvage de la modification des pratiques culturales liées à la méthanisation.

Ils souhaitent ainsi éclairer le débat sur les impacts de la méthanisation mais leur objectif se veut surtout concret, à savoir aboutir à un guide de bonnes pratiques, afin de rendre le procédé de méthanisation le plus durable et vertueux possible.

Vous serez tenus au courant des avancées de ce projet dans un prochain article!

Contacts
Emmanuel GUILLON, Directeur du Projet de ZARG, Université de Champagne-Ardenne, Laboratoire ICMR
Rémi HELDER, Directeur du CERFE, Université de Reims Champagne-Ardenne

Légendes Photos:
Méthaniseurs en plaine agricole, composés d’une bâche plastique recouvrant un bac rempli d’effluents d’élevage et/ou matières végétales, substrat semi-liquide remué par un mélangeur (non visible).
Ce dernier facilite l’homogénéisation et la transformation du substrat en biogaz par les bactéries privées d’oxygène, ainsi qu’en un digestat qui sera épandu comme de l’engrais. Le biogaz ainsi produit gonfle la bâche (photos : Arnaud JOULIN)

En route vers une méthanisation vertueuse